Un passage difficile au numérique

Publié le par M H

 

Economie - L'apparition du numérique a provoqué en peu de temps, une énorme hécatombe dans l'économie des fabricants d'appareils photo. Trop de marques sont restées dans l'argentique sans ce soucier des nouvelles technologies tant appréciées des consommateurs.

 

 
   Depuis 2002, l'argentique ne cesse de s'effondrer et risque fort de disparaître en 2006. En 2005, les boîtiers argentiques ne représentaient que 1% du marché français contre 91% de compacts numériques.
Le numérique, simple, rapide et bon marché, est apparu Grâce à Canon avec le lancement de ses très rentables reflex numériques.
 
   Mais d?autres grandes marques comme Konica Minolta n'ont pas vu arriver le danger. Résultat : La firme japonaise à fermé ses portes sur le monde de la photo avec 3 700 licencies. Sony a repris sa technologie et viens de sortir son premier reflex utilisant les technologies des deux marques. Konica Minolta continuera dans la bureautique.
Leica, la « Rolls Royce de l?argentique », arrivée trop tard et trop cher, a frôlé la faillite l'an denier. La marque allemande espère sortir du rouge l'an prochain, grâce en autre, au lancement d'un appareil photo pour le reportage.
 
   La nouvelle concurrence arrive : Des marques venues du monde de l?informatique et de l?électronique grand public (écrans, PC, Hi-Fi, imprimantes, scanners...) apparaissent : Sony, HP, Panasonic...
Après le dépôt de bilan d'Ilford en 2004 et d?Agfa en 2005, Fuji ne s'en sort que grâce à ses autres activités (médical, Médias...). Tandis que la grande marque américaines Kodak, revient de loin au prix d'une restructuration massive de six ans !
D'ici 2007, le groupe Rochester, aux U.S.A, aura supprimé 25 000 postes et fermé le tiers de ses unités de production, dont 8 laboratoires en France.
Nommé en 2005 PDG de Kodak, Antonio Perez, ancien de HP, veut recréer des appareils photo avec l'innovation et la simplicité d'usage de l'Instantanic.
« Nous nous sommes imposés dans le numérique avec notre appareil photo EasyShare et notre Mini-imprimante qui n'a pas besoin d'être reliées à un ordinateur pour éditer des photos », se félicite Benoît Raimbault, DG de Kodak France. Ces imprimantes connaissent une très grande hausse : +100%.
 
   « C'est un énorme bouleversement industriel. Le consommateur n'a plus besoin de films, juste une carte mémoire, il peut stocker ses photos sur son disque dur ou les imprimer lui même » explique Matieu Cortesse, de GFK. A cause de cela, les fabricants de pellicules , laboratoires de développement ont tous eu du déficit. Rare sont les consommateurs qui développent leurs photos dans les magasins. Même les Fnac Services ont fermé. La chaîne Photo service, leader du tirage en 1 heure, après un redressement judiciaire, a décider de se diversifier en proposant des téléphones portables en partenariat avec Orange. Prémonitoire peut être.
 
   Le téléphone portable équipé d'un appareil photo qui promet une grande amélioration de sa qualité, deviendra un nouveau concurrent.
Il revient à chaque marque de s'adapter selon la technologie !
 
 
 
    Sur le même sujet...
 
 

Texte et image : Univers de la Photo  -  source : Nouvel Obs.

Publié dans News numériques

Commenter cet article

Véro 27/08/2006 18:07

Nous sommes passés au numérique, mais nous sommes restés fidèles à Canon.  Véro

M H 27/08/2006 19:14

Effectivement Canon est une très bonne marque d'argentique et à fait de même pour le numérique !
L'adresse URL de votre blog est fausse ; je vais essayer de la trouver !
merci et à bientôt